Accueil
Association
Activités
Archives
Remscheid
Contacts et liens
Le coin G

REMSCHEID


Cette rubrique ne prétend pas rendre compte de façon suivie de l'actualité de Remscheid et des activités de l'association "Städtepartnerschaft Remscheid-Quimper". Si vous souhaitez y voir figurer un nouvel événement, faites-le nous savoir.  Pour l'instant nous vous proposons :





ARMOIRIES DE REMSCHEID




traditionnelles

stylisées (2007)


Déjà mentionnée dans une charte du XIIe siècle, la ville de REMSCHEID a été édifiée dans une région montagneuse sillonnée de nombreuses vallées, grâce aux efforts constants d'aménagement de ses habitants.
Aujourd'hui la forêt couvre encore près du quart de son territoire.

Le bois, le minerai de fer et la force hydraulique présente partout ont permis le développement d'une industrie sidérurgique autonome et florissante, avec des manufactures d'outillage exportant dans le monde entier.

C'est la patrie d'inventeurs célèbres, qui lui ont assuré une renommée universelle, tels Wilhelm Conrad RÖNTGEN, découvreur des rayons X et premier Prix Nobel de physique, ou les frères MANNESMANN, inventeurs du procédé de fabrication de tubes sans soudure. C'est aussi le berceau d'entreprises mondialement connues, comme VAILLANT (Chauffe-eau, chaudières etc.) ou RECARO, dont les sièges pour automobiles ou avions sont une référence de qualité.

Peuplée de 140.000 habitants, située dans l’est de la Rhénanie, à 45 km de Cologne et de Düsseldorf, Remscheid possède aussi des musées d'un grand intérêt : Musée Röntgen, Musée de l'Outil, Musée des Traditions du Pays de Berg.

Et la région ne manque pas de sites naturels ou architecturaux remarquables :
La pittoresque cité historique de Lennep, ville médiévale de plan circulaire exceptionnellement bien conservée ; le majestueux château de Schloß Burg ; l'impressionnant viaduc de Müngsten, contemporain de la Tour Eiffel, pont ferroviaire le plus élevé d'Allemagne



LE CHANT DU PAYS DE BERG
BERGISCHES HEIMATLIED

On peut le trouver kitsch, démodé, passéiste. On peut ne pas aimer les chœurs ni les fanfares. On peut, avec d'excellentes raisons, détester les hymnes nationaux.

Mais on ne peut rester insensible quand on entend le "Chant du Pays de Berg" interprété d'une seule voix par des dizaines de Remscheidois en visite chez nous. Dans sa version généralement chantée aujourd'hui, qui ne comporte que trois strophes, c'est un hymne à la nature et à la tradition ouvrière, le chant d'un pays sans prétention qui ne possède "ni vignes, ni fleuve majestueux" mais qui sait se faire aimer.

La traduction que nous proposons est sommaire et aussi littérale que possible afin d'aider à la compréhension du texte allemand. Si vous en connaissez une meilleure, faites-la nous connaître.

Wo die Wälder noch rauschen, die Nachtigall singt,
die Berge hoch ragen, der Amboss erklingt.
Wo die Quelle noch rinnet aus moosigem Stein,
die Bächlein noch murmeln im blumigen Hain.
Wo im Schatten der Eiche die Wiege mir stand,
da ist meine Heimat, mein Bergisches Land.

Wo die Wupper wild woget auf steinigem Weg
An Klippen und Klüften sich windet der Steg.
Wo der rauchende Schlot und der Räder Gebraus,
die flammende Esse, der Hämmer Gesaus
Verkünden und rühmen die fleißige Hand:
Da ist meine Heimat, mein Bergisches Land.

Keine Rebe wohl ranket am felsigen Hang,
kein mächtiger Strom fließt die Täler entlang.
Doch die WäIder sie rauschen so heimlich und traut,
ob grünenden Bergen der Himmel sich blaut,
drum bin ich auch weit an dem fernesten Strand:
Schlägt mein Herz der Heimat, dem Bergischen Land.


Là où les forêts bruissent encore, où le rossignol chante,
où se dressent les montagnes, où retentit l'enclume,
là où la source jaillit encore de la pierre moussue,
où les ruisseaux murmurent encore dans les bois fleuris,
là où se tenait mon berceau à l'ombre du chêne,
c'est là qu'est mon pays, mon Pays de Berg

Là où la Wupper roule ses eaux sauvages sur son chemin pierreux,
où la passerelle se faufile entre falaises et précipices,
où la cheminée fumante et le mugissement des roues à aubes,
les flammes du foyer et le bruit des marteaux
révèlent et glorifient la main industrieuse,
c'est là qu'est mon pays, mon Pays de Berg.

La vigne ne grimpe pas sur les parois rocheuses,
aucun fleuve majestueux ne coule dans les vallées,
mais les forêts bruissent si familièrement,
et sur les montagnes vertes le ciel est si bleu !
C'est pourquoi même sur les rivages les plus lointains
mon cœur bat pour mon pays, mon Pays de Berg



Écoutez!

Tablettes et smartphones : Si le lecteur ci-dessus ne fonctionne pas, cliquez ici

Vous n'entendrez pas la troisième strophe, que chantent nos amis de Remscheid.

Et voici une version revisitée qui devrait plaire à tout le monde : Jazzy, humoristique et chaleureuse, elle est interprétée par Ede Wolff et l'orchestre de la WDR. Ici non plus la traduction n'est pas littéraire, mais aussi littérale que possible. Les mots ou expressions suivis d'une astérisque renvoient à la rubrique " Coin G ".
Wo die Männner noch rauchen, die Frau sich noch schminkt,
das Kinde* im Schulchor das Heimatlied singt,
wo die Menschen sich gerne Geschichten erzählen
statt dauernd Computer und Handys zu quälen,
wo die Jungen zufrieden, die Alten entspannt,
da ist meine Heimat, mein Bergisches Land.

Wo es gibt Messer und Scheren für jeden Bedarf
- in Solingen macht man es rostfrei und scharf -
Wo der Kaffee mit Waffeln und Sahne versüßt,
so mancher hat seine Figur eingebüßt,
wo jeder mit jedem vertraut und bekannt,
da ist meine Heimat, mein Bergisches Land.

Wo die Brücke von Müngsten im Bogen gebaut
und alles so ein bisschen wie früher ausschaut,
wo die Wupper die Landschaft mit Gurgeln durchfließt,
der Regen sich meistens in Strömen ergießt,
wo die Läden der Fenster sind grün und charmant,
da ist meine Heimat, mein Bergisches Land.

Wo die Schwebebahn gleitet mit rostigem Klang,
den Menschen im Tal ein vertrauter Gesang,
wo die Nachbarn sich helfen, wenn Not ist am Mann*
(auch an der Frau),
weil einem ja schon mal das Bier ausgehen kann,
wo im Schatten der Kneipe die Wiege mir stand,
da ist meine Heimat, mein Bergisches Land.

Là où les hommes fument encore et les femmes se maquillent,
où l'enfant chante encore le "Heimatlied" dans la chorale de l'école,
là où les gens aiment bien se raconter des histoires
au lieu de torturer sans arrêt ordinateurs et téléphones portables,
là où les jeunes sont contents et les vieux détendus,
c'est là qu'est mon pays, mon Pays de Berg.

Là où il y a des couteaux et des ciseaux pour tous les usages
- à Solingen on les fait inoxydables et affutés -
Là où le café avec gaufres et chantilly est trop sucré,
(si bien que) plus d'un en a perdu sa ligne,
là où chacun est familier et connu de chacun,
c'est là qu'est mon pays, mon Pays de Berg.

Là où le pont de Müngsten a été construit en arche
et où tout a un petit air d'autrefois,
là où la Wupper traverse le paysage en gargouillant,
là où la pluie tombe la plupart du temps en trombes,
là où les volets des fenêtres sont verts et charmants,
c'est là qu'est mon pays, mon Pays de Berg.

Là où le "Schwebebahn" glisse dans un bruit de rouille,
chant familier aux gens de la vallée,
là où les voisins s'entraident en cas de besoin ( pour l'homme )
( et aussi pour la femme )
parce que la bière peut venir à manquer,
là où se tenait mon berceau dans l'ombre du bistrot,
c'est là qu'est mon pays, mon Pays de Berg.



Écoutez!

Tablettes et smartphones : Si le lecteur ci-dessus ne fonctionne pas, cliquez ici.




OCTOBRE 2016
ENTRETIEN AVEC HANS-JÜRGEN RUEHL,
ancien président de l'association de jumelage



( REMSCHEIDER GENERALANZEIGER, 28 octobre 2016 )






16 MARS 2016
Nouveau bureau du comité de jumelage de Remscheid


Suite à la démission en février du président de l'association,
 le comité de jumelage " Städtepartnerschatft Remscheid-Quimper " réuni en assemblée générale a élu son nouveau bureau :

Claudia NAST ( Présidente )
Alexandra WÖLLNER ( Vice-présidente )
Dieter AHNFELDT (Secrétaire )
Kerstin POHL (Trésorière )
Bernd FIEDLER
Dieter FÖSTER
Christian GROSS
Britta SCHNEIDER



( Bergische Morgenpost, 18 mars 2016 )





( Remscheider General-Anzeiger, 18 mars 2016 )





DÉCEMBRE 2015
Les jumelages de Remscheid

( Remscheider General-Anzeiger, 1er décembre 2015 )

" Städtefreundschaften der Remscheider sollen vernetzt und zu einem Europa-Projekt verbunden werden "
" Les jumelages de Remscheid doivent être mis en réseau et réunis pour un projet européen. "

Nous apprenons par cet article que nos amis du "Partnerschaftsverein" ont le projet ambitieux de mettre en réseau tous les jumelages de Remscheid. Ici nous voyons les choses différemment : D'un côté nous entretenons des relations très cordiales avec les autres associations de jumelage de Quimper, que nous invitons régulièrement à nos manifestations et qui nous invitent aux leurs. De l'autre côté toutefois, notre raison d'exister étant la création et le maintien de liens humains bilatéraux entres nos deux villes, nous ne souhaitons pas diluer cette spécificité dans une structure complexe, forcément bureaucratique et chronophage.






AVRIL 2014
REMSCHEID REMPORTE LE PRIX " FÜR EINE STADT " DE WDR 2

Ce prix, organisé chaque année par la radio régionale WDR 2, met en compétition toutes les villes de Rhénanie du Nord-Westphalie dans deux catégories : Plus ou moins de 50 000 habitants.

La première étape consiste en un vote par internet ou d'autres moyens, chaque habitant étant invité à voter pour une ville. À la suite d'une peréquation tenant compte du nombre d'habitants, les cinq villes ayant obtenu le plus de suffrages dans chacune des deux catégories sont déclarées finalistes.

La finale a eu lieu dans chacune des dix villes du 24 mars au 4 avril. En quelques mots les épreuves étaient les suivantes :
  • Effectuer une tâche dans un temps donné (10 points)
  • Tirer contre un robot gardien de but (3 points maximum)
  • Répondre à un jeu de questions (10 point maximum)

Pour plus de détails ( en allemand ), vous pouvez suivre les liens ci-après :




APPRENDRE LE FRANÇAIS DANS LA "FÜNFTE KLASSE"

Rentrée scolaire 2013 : Dans un nombre croissant d'écoles primaires ( Grundschulen ) de Remscheid, les élèves peuvent s'initier au français. Mais quand ils entrent dans le secondaire ( Realschule, Gesamtschule, Gymnasium ), il doivent attendre la deuxième année ( Sechste Klasse = sixième classe ) pour pouvoir choisir le français comme matière optionnelle. Il y a donc un "trou" d'une année dans l'apprentissage de la langue. Pour combler cette lacune, l'association de jumelage  "Städtepartnerschaft Remscheid-Quimper" a mis sur pied avec plusieurs partenaires, dont l'OFAJ, des cours de français pour les élèves de "cinquième classe", première classe du secondaire dans le système allemand.

L'article suivant  de la "Bergische Morgenpost" parle de cette expérience au "Leibniz-Gymnasium" quelques mois après la rentrée scolaire 2013.

( Bergische Morgenpost, 19 novembre 2013 )
Cliquez sur l'article pour l'agrandir.







40e ANNIVERSAIRE DU JUMELAGE

18 mars 2011 : L'assemblée générale de l'association "Städtepartnerschaft Remscheid-Quimper e.V." a fait le plein de la grande salle du conseil à l'Hôtel de Ville de Remscheid. En cette année du 40e anniversaire de notre jumelage, il a naturellement été beaucoup question des festivités organisées dans les deux villes à cette occasion.

Remarque : Selon cet article, les Eostiged ar Stangala seraient prévus au programme à Remscheid en septembre prochain. Malheureusement, le groupe n'est pas disponible à cette date. Nous essaierons de lui trouver un remplaçant.



Cliquez sur l'article pour l'agrandir.



( Bergische Morgenpost, 18 mars 2011 )



5 janvier 2011 : Hans-Jürgen RÜHL, président de l'association "Städtepartnerschaft Remscheid-Quimper e.V." parle du quarantième anniversaire de notre jumelage.

Cliquez sur l'article pour l'agrandir.



( Bergische Morgenpost, 5 janvier 2011 )



15 octobre 2010
. À l’occasion du 40e anniversaire de notre jumelage, une aire de jeux de Remscheid sera baptisée “Léon-Goraguer-Platz”, en hommage au maire de Quimper qui a signé le 29 mai 1971 avec son homologue allemand Willy Hartkopf la charte unissant les deux villes.




( Remscheider Generalanzeiger, 15 octobre 2010 )




QUELQUES AQUARELLES
DE LUDWIG HOPPE

Pour voir le diaporama, cliquez ici.




( Remscheider Generalanzeiger, 19 décembre 1998 )






RÖNTGENLAUF 2010

" C'est désormais un classique : Les Rederien ar Braden ont passé le dernier week-end d'octobre à Remscheid, ville jumelle de Quimper, pour y participer au "Röntgenlauf", grande journée de courses à pied organisée par nos amis allemands. "
( Le Télégramme, 6 novembre 2010 )


Pour voir les documents, cliquez sur la photo




PEINTURES DE GUDRUN FUERST

À l'occasion du séjour des Remscheidois à Quimper pendant le week-end de l'Ascension 2009,
des peintures de Gudrun Fuerst ont été exposées dans le hall de l'Hôtel de Ville.



Pour voir le diaporama, cliquez ici.






" KOCHEN WIE DIE FRANZOSEN "



C'est le nom donné par nos amis remscheidois à des rencontres régulières au cours desquelles ils apprennent à réaliser des recettes souvent sophistiquées, associées - à tort ou à raison - aux traditions culinaires françaises. Voici quelques comptes-rendus de presse, le plus récent en tête.

AVRIL 2016

( Texte et photo repris de la page Facebook du comité de RS )


Kochkurs im Altenpflegezentrum Wiedenhof am Montag, dem 18.04.16: Unter der Leitung des Remscheider Kochs, Peter Hoffmann, erfuhren die 15 Teilnehmer in drei Stunden Tricks und Kniffe, um ein Menü für das französische Urlaubsgefühl nachzukochen:
  • Apéritif Erdbeerbowle und selbstgebackenes Foccaccia mit Oliventapenade,
  • Hauptgang “Poularde le Citron” mit lauwarmen Gemüsesalat,
  • Dessert Kirsch Clafoutis (stammt aus dem Limousin).
Wem liefe nicht beim Lesen schon das Wasser im Munde zusammen...

Aber vor dem Genuss stand die Arbeit. Es wurde geschnippelt, gerührt, geschlagen, geschnitten (und auch getrunken), was das Zeug hielt. Belohnt wurden wir mit einem köstlichen Menü. Es war der Mühe wert, sich die französische Küche für einen Abend nach Remscheid zu holen und es hat wieder einmal viel Spaß gemacht. Ein herzliches Dankeschön geht auch dieses Mal an Andrea Jahnke vom Altenpflegezentrum Wiedenhof, die uns tatkräftig unterstützt und uns den schönen Abend überhaupt ermöglicht hat, und an Peter Hoffman, der sich dieses leckere Menü ausgedacht und vorbereitet hat. Vergessen wollen wir aber auch nicht Horst Kaschube, der alle Zutaten zusammen getragen hat und wieder einmal unser Einkäufer war. Wir freuen uns auf ein Wiederkochen!

Bericht und Fotos von Claudia Nast
Bericht der Bergischen Morgenpost unter: http://www.rp-online.de/…/bon-appetit-so-schmeckt-frankreic…


JANVIER 2015

Cette fois le menu à confectionner était assez classique :


Soupe à l'oignon

Poulet au Riesling
Pommes de terre au romarin

Pithiviers



Plus mystérieux, l'apéritif " fruité et estival " était un cocktail de vodka, jus de fruits et concombre. À essayer !







FÉVRIER 2014

La Bergische Morgenpost titre " In der Kochschule von Paul Bocuse " et le Remscheider Generalanzeiger " Herrlicher Duft steigt in die Nase ". De quoi saliver ! Salade niçoise, canard à l'orange accompagné d'une purée " pommes au romarin " ( cherchez la recette ! ), crème bavaroise ...


Bergische Morgenpost, 19 février 2014 Remscheider Generalanzeiger, 19 février 2014



FÉVRIER 2011

Au programme pour les quinze participants, sous la direction du chef Ekkehard Winn :

Moules de bouchots à la crème de pois chiches

Tranche de saumon fumé à la moutarde violette de vinaigre balsamique et au poivre,
servie sur joue de veau tiède avec vinaigrette aux dattes. ( ouf ! )


Dessert au coulis de poires et de grenades

Voici les comptes-rendus des deux journaux de Remscheid. On y parle beaucoup d'épices : Le " Remscheider Generalanzeiger " titre sur un certain " tombeau de Salomon ", mélange aussi mystérieux qu'exotique. Quant au "Bergische Morgenpost", il constate que " les Français aiment les goûts épicés." Et pour ceux qui voudraient s'essayer aux fourneaux, il y a même la recette du saumon et la liste des endroits où on peut se procurer les ingrédients nécessaires.






Ci-dessus : Remscheider Generalanzeigen, 16 février 2011
Ci-contre à droite : Bergische Morgenpost, 16 février 2011
Pour lire un article, cliquez sur son image.